CARDINALES n°2

CARDINALES  n°2

Denis PAYRE - ma décision pour la présidentielle après une longue analyse et réflexion

gwT9cCOd_400x400.jpg

Denis Payre‏ @DenisPayre · 18 avril.

Mon choix pour la présidentielle, après une longue analyse et réflexion:

 

 

------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

Ma décision pour la Présidentielle

 La France vit actuellement un moment historique avec un risque réel de basculement vers le chaos, de connaître un Juin 40 économique. Quatre candidats à l’élection présidentielle sont dans un mouchoir de poche et deux de ces candidats sont susceptibles de détruire notre économie et probablement avec, la liberté et la démocratie car le chaos économique entraîne en général aussi le chaos démocratique. J’estime de mon devoir de m’exprimer pour tenter de contribuer à mon humble niveau à éviter le pire dans un contexte où chaque voix va compter. Je précise que l’opinion que j’exprime ici n’engage que moi. Nous Citoyens que j’ai fondé a choisi de rester neutre qui est une décision que je respecte bien sûr. Le mouvement pense comme moi que seulement deux candidats sortent enfin du déni de réalité, j’ai décidé de soutenir celui des deux qui a le programme le plus adapté à la gravité de la situation selon moi.

Sur les onze candidats qui se présentent à cette élection présidentielle, seuls deux prennent le risque de faire un diagnostic réaliste de la situation du pays, François Fillon et Emmanuel Macron. Il est en effet plus facile de rester enfermé dans le déni, de continuer à dénoncer les mêmes boucs émissaires éculés que de dire la vérité pour expliquer le chômage de masse. Le discours du déni, on le connaît par cœur depuis le temps qu’on l’entend : « c’est la faute aux riches, aux étrangers, à l’Europe et à l’Euro.  Circulez, en France il n’y a rien à changer, notre gestion est parfaite, exemplaire même, le monde entier nous envie nos politiques publiques ». Ils cassent systématiquement les thermomètres internationaux quand ils viennent dénoncer nos errements comme ils le font depuis 20 ans avec PISA qui dénoncent sans résultat un des pires systèmes éducatifs des pays développés, à la fois le plus couteux et le plus injuste socialement. Les Allemands, pour mémoire, ont corrigé leur système éducatif de fond en comble dès l’annonce des premiers résultats PISA… il y a 17 ans. Les extrêmes se retrouvent d’ailleurs aussi dans les solutions, toutes folles, toutes la caricature de ce que nous avons fait ces dernières années : explosion de la dépense publique qui passera à plus de 65%, un niveau proche de celui des derniers pays communistes de la planète, explosion aussi en conséquence des impôts pour tous et non pas juste pour les « riches » trop peu nombreux pour supporter le fardeau de ces folies. Ce sera aussi un haro sur les créateurs de richesses qui fuiront et se décourageront comme jamais. Et pour couronner le tout, au moins pour le FN, la sortie de l’Euro et la porte claquée au nez des investisseurs étrangers auxquels nous empruntons tous les jours 500 Millions d’Euro pour boucler la paye de nos fonctionnaires, le cataclysme final. Jean-Luc Mélenchon n’obtiendra pas un résultat différent en refusant de rembourser la dette. 

Comme je l’avais dit à Marine Le Pen lors de mon débat avec elle en 2014, ces programmes sont tous des Tchernobyl économiques. Ils conduiront à la faillite mais aussi à des pénuries et à des émeutes, les bonnets rouges puissance 10 partout en France car il n’y aura plus aucun consentement à l’impôt, les produits importés seront hors de prix et donc rationnés. Ce sera bien sûr un appauvrissement généralisé, l’épargne fondra rapidement avec une hyper inflation générée par la « souveraineté monétaire » retrouvée et le chômage explosera comme jamais, un mélange de l’Argentine de la grande crise et du Venezuela actuel. Pour mémoire, le Venezuela, pays modèle de Jean-Luc Mélenchon, est un des pays qui a les réserves de pétrole parmi les plus élevées au monde mais où l’on en vient à devoir dévorer les animaux du zoo pour pouvoir se nourrir et où les habitants se font justice eux-mêmes car les policiers ne sont plus payés. Autant la presse regarde avec une certaine circonspection le personnage de Marine le Pen, c’est moins le cas de Jean-Luc Mélenchon et c’est étonnant. Comment croire qu’il soit un artisan de paix et de prospérité alors qu’il insulte fréquemment ses adversaires ; a pour modèle des personnages brutaux et souvent sanguinaires comme Robespierre, Lénine, Castro et Chavez ; chante régulièrement l’Internationale, hymne national de l’URSS sous Staline et ses 20 Millions de morts au goulag ; et enfin rêve de nous faire retrouver la prospérité en nous faisant rejoindre l’invraisemblable Union Bolivarienne aux côtés de Cuba et du Venezuela, sous le regard bienveillant des observateurs que sont la Russie et l’Iran ?

Deux candidats ont le courage de sortir du déni et de nous dire que les raisons du problème étant entre nos mains et non ailleurs, la solution est aussi entre nos mains. Deux candidats ont le courage de ne pas faire de l’Europe et de l’Euro leurs boucs émissaires favoris tout en appelant bien sûr à des réformes indispensables de l’un comme de l’autre. Deux candidats ont le courage de nous dire que la mondialisation ne doit pas nous faire peur car nous avons du talent, qu’elle est de toute façon une réalité incontournable, qu’il faut tirer parti de ses avantages et tenter de corriger ses défauts. Ce discours, c’est bien sûr celui que nous avons tenu avec Nous Citoyens dès Octobre 2013 à notre lancement en appelant à une sortie du déni, à rejeter les boucs émissaires faciles et en scandant que « la France est une surdouée qui s’ignore » qui devrait être plus qu’au plein emploi, comme la Suisse, car elle a tous les atouts nécessaires pour triompher dans la mondialisation si elle fait enfin ce que font ses voisins. Il ne s’agit pas d’être très créatif ici en tentant des expériences folles qui ont de plus déjà toutes été tentée pendant tout le 20° siècle avec les nombreux régimes collectivistes qui ont ravagé la planète.

Je suis toujours stupéfait par la très grande arrogance de nos idéologues de tous bords, persuadés d’avoir trouvé la martingale pour résoudre des problèmes… que nos voisins ont déjà résolu. Ils nous ont vendu que nous serions la lumière qui éclaire le monde avec nos « innovations » comme l’ISF ou les 35 heures, que personne n’imite respectivement près de 40 ans et 20 ans après leur lancement. Ils ont transformé la France en un laboratoire géant de leurs expérimentations économiques et sociales folles avec à la clef un coût social exorbitant, une pauvreté sans précédent dans l’époque moderne. Leur dernier remède miracle est digne d’une expérience du Docteur Folamour avec l’explosion de la dépense publique comme remède à tous nos maux. La démarche relève toujours du même procédé : une réflexion en chambre déconnectée du réel le plus élémentaire et du monde qui nous entoure, une parfaite méconnaissance du monde de l’entreprise, voire une haine tenace pour tout ce qui y touche, une arrogance et un aveuglement sans limite. Leurs « modèles » sont à la fois lointains, exotiques et parfaitement subjectifs, ce sont en général des régimes ultra autoritaires, voire des dictatures et des échecs flagrants au plan économique : La Russie pour le FN et le Venezuela pour la France Insoumise. On en vient à se demander comment un pays aussi intelligent et exigeant intellectuellement que la France a pu enfanter des formations politiques aussi importantes tenant des raisonnements aussi grossièrement inexacts et d’une telle pauvreté intellectuelle. Et pourtant, le chemin à suivre est à nos portes.

Cependant quand nos idéologues auto centrés vont en Suisse, plutôt que de faire preuve d’humilité devant les résultats de l’un des pays notoirement les mieux gérés au monde sur des critères objectifs (taux de chômage, pouvoir d’achat…), ils leurs donnent une leçon comme une récente délégation de Sénateurs français, leur expliquant « qu’ils sont en retard en matière de dépense publique. » Les solutions sont pourtant simples, il suffit d’aller voir humblement des pays avec lesquels nous partageons une frontière et une histoire commune comme l’Allemagne et souvent même aussi une langue commune comme la Suisse. Il faut bien sûr là encore faire abstraction des réactions aussi déconnectées que pavloviennes de nos mêmes idéologues qui enfermés dans leur déni à jamais, peignent la réalité telle qu’il la rêve et non telle qu’elle est. Dans un bel exemple de « négationnisme économique », pour reprendre l’expression des économistes Cahuc et Zylberberg, ils vous expliqueront que les millions d’emplois crées en Allemagne depuis de nombreuses années sont misérables et dégradants. Ce n’est clairement pas l’opinion des Allemands, les premiers concernés, dont la Chancelière aurait dû être sanctionnée depuis longtemps par une telle politique anti sociale. Or, elle enchaîne juste son troisième mandat quand notre Président n’ose même pas se représenter une fois. En Suisse, la dépense publique est à 33% du PIB, l’industrie à 22% du PIB contre 11% chez nous, soit deux fois plus élevée. Ce n’est plus en effet « le secret bancaire » qui explique la prospérité Suisse mais bien l’innovation et l’industrie. Le chômage est inexistant et le salaire médian, donc le pouvoir d’achat, près de 3 fois supérieur au nôtre. Ce modèle est parfaitement transposable contrairement là encore à ce que prétendent nos géniaux idéologues. Pour arriver à cela il faut un droit du travail qui ne décourage pas l’embauche, un apprentissage largement encouragé et surtout une dépense publique maitrisée, et certainement PAS SON EXPLOSION comme le préconisent nos populistes de tous bords. Il suffit d’arrêter d’asphyxier notre économie avec une dépense publique folle, hors de contrôle passé de 40% du PIB il y a 40 ans à 57% actuellement, 10 points soit 200 Milliards, au-dessus de la moyenne Européenne alors que nos voisins ne sont pas sous administrés. Ils partagent nos valeurs et cherchent comme nous à protéger les plus vulnérables, voire souvent beaucoup plus que nous comme le démontrent les Allemands avec l’accueil de 1 Million de réfugiés. Nous n’avons pas le monopole des valeurs. Passer à 65% de dépense publique et plus, dans le PIB, comme le préconisent les candidats populistes, nous conduirait à une faillite non plus virtuelle mais certaine. Nous ne souffrons pas de pas assez de dépense publique, mais de beaucoup trop.   

Notre sur-dépense publique se traduit par un sur-endettement, une sur-fiscalité, une sur-administration et au final un sur-chômage. Il faut donc avant toute chose rendre notre économie à nouveau compétitive en baissant cette dépense et en allégeant les contraintes administratives. Le levier le plus puissant est la réduction du nombre de fonctionnaires, sans licenciement bien sûr, en tirant partie d’une pyramide des âges très avantageuse dans les prochaines années avec beaucoup de départs en retraite. Cela ne signifie pas non plus réduire le nombre de policiers, d’enseignants ou d’infirmières. Il s’agit que nos fonctionnaires travaillent plus et qu’ils gagnent d’ailleurs plus en leur reversant une partie des gains de productivité. Il faut bien sûr revenir sur les jours de carence et contrôler l’absentéisme et mettre enfin en place une gestion des ressources humaines moderne dans les administrations que ne repose plus exclusivement sur l’ancienneté, quand ce n’est pas l’ancienneté dans le syndicat….Il est temps de pousser nos fonctionnaires à donner le meilleur d'eux même et de reconnaître leur talent souvent remarquable et leur engagement qui ne l'est souvent pas moins. Il faut réserver le statut des fonctionnaires aux fonctions régaliennes pour les nouvelles embauches. Il faut aussi s’organiser différemment en particulier dans les services administratifs souvent pléthoriques, les « back offices », où se situent l’essentiel des économies potentielles. Le numérique et une déconcentration en région sont aussi une grande partie de la solution. Il faut aussi repousser fortement l’âge de la retraite, mesure logique quand l’espérance de vie progresse fortement aussi, et il ne faut qu’un régime de retraite. Il faut bien sûr aussi réformer le droit du travail pour que les chefs d’entreprise n’aient plus peur d’embaucher pour retrouver le plein emploi, à tous les âges. Il faut simplifier la gestion paritaire en entreprise en révisant en particulier les seuils sociaux, laisser les entreprises décider du nombre d’heures travaillées, avoir enfin un système de formation professionnelle qui profite avant tout aux chômeurs et qui ne soit plus géré de façon inefficace et opaque par les syndicats, un apprentissage sans obstacles nombreux. Il faut enfin arrêter de faire fuir nos investisseurs avec l’ISF ce qui détruit notre industrie nationale se retrouvant sans capital et nous oblige ensuite à toutes les compromissions avec des pays du golfe persique pour tenter d’attirer des investisseurs en France. Il faut cesser une bonne fois pour toute de croire qu’on peut résoudre les problèmes d’emplois en créant des emplois publics, il n’y a plus que la Corée du Nord qui croie à ce modèle. Il faut faire confiance aux entrepreneurs de France et à leurs équipes, à leur talent, à leur envie, à leur créativité et à leur énergie exceptionnelle, à leur esprit de conquête.

Ce message nous l’avons fait passer avec force et avons rencontré le succès avec Nous Citoyens, devenant en 9 mois, le 9° parti politique français avec 12.000 adhérents payants, 25.000 sympathisants et 260.000 voix aux élections Européennes. J’ai passé la main fin 2014 car j’avais donné l’impulsion initiale comme je l’avais fait pour Croissance Plus il y a 20 ans. Notre discours avait pour objectif de forcer les partis traditionnels à se positionner par rapport à nous. C’était notre stratégie, à la différence d’un think tank, nous rentrions dans le jeu politique. En faisant cela, nous obligions une partie de la classe politique à bouger, nous devenions un concurrent et forcions le changement. Et cela commençait à marcher grâce probablement à notre démarche, grâce aussi aux échecs de François Hollande et au discours fort et clairs de nombreux leaders économiques crédibles, nous étions en train de gagner la bataille des idées comme le prouve aujourd’hui les diagnostics de sortie du déni très nouveaux en France de François Fillon et Emmanuel Macron. D’autres étaient prêts à prendre la relève à la tête de Nous Citoyens, il était temps pour moi de retourner dans la société civile, notre préconisation après un passage en politique, pour entreprendre et innover à nouveau, ce que j’aime faire par-dessus tout.

J’ai été séduit au départ par le jeune ministre de l’économie, sympathique et brillant, qui brisait les tabous de la vieille gauche néo collectiviste ultra étatiste qui pour résumer, ne comprend pas grand-chose à l’économie de marché, déteste les entrepreneurs surtout quand ils réussissent et considère que le travail est avant tout une servitude. Il dénonçait les 35 heures, le statut des fonctionnaires et l’ISF. Il décoiffait le jeune Ministre au milieu des dinosaures de la vieille gauche ! Quand la presse m’a interrogé au moment du lancement de En Marche!, j’avais parlé avec sincérité « d’un vent frais qui soufflait grâce à lui ». J’aimais bien l’affichage humaniste aussi. Avec Nous Citoyens j’ai prôné la réconciliation de la prospérité et de la solidarité, l’un ne peut pas aller sans l’autre selon moi. J’aimais bien sa façon de tenter de faire de la politique autrement en interdisant qu’on siffle ses adversaires dans ses meetings.

J’étais même prêt à pardonner au conseiller économique de François Hollande, qui avait forcément sa part de responsabilité dans le choc fiscal qui avait mis à genou l’économie et provoqué le ras le bol fiscal, les soulèvements des Pigeons, des Tondus, des Poussins et autres Bonnets Rouges. Et pourtant cette politique a fait rater à notre pays les bénéfices du formidable alignement de planète de ces 5 dernières années avec des taux d’intérêts bas, un prix du pétrole ultra bas et un Euro faible. Tous les pays d’Europe ont créé massivement des emplois sauf nous qui restons punis avec un taux de chômage et de pauvreté scandaleusement élevés, surtout quand on connaît le talent des français. Pas facile d’excuser une telle bourde que payent durement aujourd’hui tant de français dans leur vie quotidienne. Mais s’il était sincère et ambitieux dans son programme, j’étais prêt à y croire, à lui donner une deuxième chance. J’étais prêt aussi à lui accorder le bénéfice du doute sur le fait qu’il venait de la gauche où il n’y a pas un consensus large pour réformer. Il prônait comme je l’avais fait le ni droite ni gauche. J’aimais cela aussi, je l’avais dit aussi. Je suis convaincu que la gauche et la droite doivent se retrouver sur un agenda ambitieux de réformes de bon sens, le temps au moins de mener ces réformes, en conservant leurs spécificités sur d’autres sujets comme les sujets de société.

J’ai aimé la démarche société civile qui ressemblait à ce que j’avais initié avec Nous Citoyens et j’étais fier que nous puissions inspirer d’autres mouvement, c’était notre objectif, contribuer à faire changer le pays, montrer la voie, essaimer. J’avais l’impression que c’était ce que tentait Emmanuel Macron, j’étais prêt à le suivre.

J’ai malheureusement été déçu par la faible ambition du programme de réformes économiques, pourtant la priorité absolue selon moi pour sortir du chômage de masse et faire barrage aux populistes de toute natureIl faut rendre nos entreprises à nouveau compétitives en baissant les prélèvements fortement et pour que ce soit possible et durable, en baissant fortement la dépense publique, rapidement. Vouloir baisser la dépense publique de seulement 3 points de PIB, 60 Milliards, quand il faudrait la baisser de 10 points de PIB pour être à nouveau dans la moyenne Européenne et à minima 5 points pour commencer, ce n’est pas assez. Vouloir réduire le nombre de fonctionnaires de 120.000 seulement en 5 ans alors que c’est à peu près le nombre de ceux qui vont partir à la retraite chaque annéependant 5 ans, c’est très insuffisant. Cela signifie en creux que Emmanuel Macron va recruter chaque année près de 100.000 fonctionnaires pour faire face aux départs en retraite, sauf une année. Il va probablement devoir recruter plus de 300.000 fonctionnaires en 5 ans. Il ne prévoit de baisser le nombre de fonctionnaires que de 24.000 par an, sur un effectif total de 5,6 Millions de fonctionnaires (!), c’est une baisse de seulement 0,4% de l’effectif chaque annéeCela ressemble plus à une erreur d’arrondi qu’à un programme ambitieux de réforme d’un pays en faillite virtuelle dont l’économie est assommée par la dépense publique. En renonçant à tirer parti de la pyramide des âges avantageuse en baissant fortement le nombre de fonctionnaires, il renonce à utiliser l’un des principaux leviers de réduction de la dépense publique. Il renonce à utiliser l’autre grand levier qu’est l’âge de départ à la retraite. Le report à 65 ans, effectué chez presque tous nos voisins Européens est une évidence à laquelle il renonce pourtant. Il annonce une réforme intéressante des retraites en instaurant un système à points mais aux contours flous sur ce point des économies potentielles. Il souhaite la suppression des régimes spéciaux, c’est évidemment un point positif mais ce n’est pas suffisant à mes yeux. Emmanuel Macron se lie les mains en renonçant aux deux principaux leviers de baisse de la dépense publique : le nombre de fonctionnaires et l’âge de départ à la retraite. Quel dommage ! En matière de baisse de la dépense publique, je pense que sans objectif élevé, les résultats seront décevants, en tout cas ils ne seront très probablement pas supérieurs aux objectifs qu’on s’est fixé. Il est tellement plus simple de dépenser plus que de dépenser moins…

Ensuite, j’ai été déçu par les annonces très électoralistes qui sont venues diminuer considérablement l’impact des baisses de dépenses publiques déjà peu ambitieuses. La promesse de suppression de taxe d’habitation pour 80% des français, les indemnités chômage pour les démissionnaires, les remboursements complets de lunettes et prothèses et bien d’autres promesses, viennent selon plusieurs instituts indépendants comme l’Ifrap, l’Institut Montaigne ou Rexecode, diminuer considérablement la baisse visée de 60 Milliards et pour certains même l’annuler presque complètement. Or, sans baisse significative de la dépense publique, il n’y aura pas de redressement économique significatif et donc un risque populiste toujours très fort car on le sait, la carte du chômage de masse est corrélée avec celle d’un fort vote populiste.

Sur un certain nombre d’autres sujets, il est aussi dans l’entre deux. Supprimer par exemple l’ISF sur les actions c’est bien, le maintenir sur l’immobilier c’est probablement une lourde erreur. Parler de « rente immobilière », ressemble à un discours néo collectiviste qui porte un jugement de valeur sur une classe d’actif en disant en creux que « l’immobilier c’est mal ». Or, l’immobilier c’est un secteur essentiel de l’activité économique pour les professionnels de l’immobilier mais aussi et surtout pour les artisans et entreprises du bâtiments avec 1,4 Millions d’emplois concernés en France. Parler de « rente immobilière » en France est de plus faux. La rentabilité nette des placements dans l’immobilier en France pour un particulier fortuné est souvent très faible, à peine 1 à 2% à cause des taxes nombreuses dont l’ISF et du faible pouvoir d’achat des locataires français lié à la captation d’une grande part de la richesse par la sphère publique. De plus, un entrepreneur qui a réussi et souhaite investir dans des start up va aussi avoir une partie de ses actifs investis dans l’immobilier dans une souci légitime de diversification. Il ne restera pas en France avec un ISF sur l’immobilier et n’investira donc pas dans des startup françaises….

J’ai donc peur qu’avec Emmanuel Macron, notre pays ne soit pas capable de créer à nouveau des emplois en quantité suffisante pour faire reculer les populistes et en particulier le FN et que si nous y échappons en 2017, nous ne puissions l’éviter en 2022 tant l’exaspération sera à son comble à ce moment-là.

Enfin, j’ai été déçu par son discours sur la colonisation et son soutien récent à une personne proche de la mouvance de l’islam radical. La colonisation n’a pas été brillante, il y a probablement eu des crimes de guerres en Algérie, mais on ne peut pas parler de crime contre l’humanité comme pour la Shoa. Ce discours a été tenu pour tenter d’attirer le vote des banlieues, en propageant un discours de victimisation propice au repli sur soi et au communautarisme. Je pense que c’était une maladresse attribuable à la relative jeunesse du candidat. Les banlieues, où j’ai eu plusieurs échanges au titre de Nous Citoyens, à Grigny en particulier, méritent beaucoup mieux que cela. Il y a une énergie positive considérable, une grande ouverture sur le monde, une très grande lucidité quant aux défauts du modèle français actuel mais pas d’abattement ou de résignation, une envie de s’en sortir par le haut, une envie considérable d’entreprendre même. Les français issus de l’immigration méritent mieux que ce type de discours.

Le programme de François Fillon pour revenir au plein emploi et assurer le redressement de notre économie est très en phase avec le programme que nous avions conçu avec Nous Citoyens. Il prévoit d’activer tous les leviers que j’ai énoncé plus haut et devrait permettre à notre pays de retrouver le chemin de la croissance et d’une création d’emplois forte. Je précise que la baisse sans licenciement de 500.000 du nombre de fonctionnaires me semble parfaitement réaliste compte tenu de la pyramide des âges évoquée plus haut. Cela représente une baisse de moins de 2% de l’effectif chaque année. Nous sommes en phase sur l’indispensable relance de l’Europe sur un petits nombre de sujets clefs où l’union est incontournable, suite au Brexit. Nous sommes aussi en phase sur la nécessité de mettre en place des mesures fortes pour lutter contre la pauvreté qui s’est développée dans notre pays à force de repousser les réformes, les plus vulnérables sont les plus touchés.

Enfin, il prévoit une série de mesure pour moderniser la vie politique qui sont là encore proches des propositions de Nous Citoyens même si toutes nos propositions n’ont pas encore été reprises, des progrès ont encore été enregistrés tout récemment.

En soutenant la candidature de François Fillon, je suis en phase avec mon engagement maintes fois répétées à la création de Nous Citoyens, où j’avais dit que si nous n’avions pas de candidat en 2017, ce qui est le cas, alors je soutiendrai le candidat le plus proche de nos idées. De plus, je n’ai jamais été dans le « tous pourris ». Or, François Fillon a repris la quasi totalité du programme économique de Nous Citoyens et une bonne partie de nos idées sur le fonctionnement de la vie politique, marquant de ce fait une rupture historique avec le discours souvent timide sur les réformes de son mouvement depuis plusieurs dizaines d’années. Rappelons-nous du programme de l’UMP en 2012, l’une des réformes les plus ambitieuse et les plus débattues était….la réforme du coût du permis de conduire.  Je précise que je n’ai pas plus qu’hier d’ambitions personnelles. Je suis actuellement très occupé par des sujets passionnants. J’apporte ce soutien sans en attendre aucun retour comme dans tous les engagements que j’ai eu jusque là. Ma seule ambition est que mon pays se redresse rapidement quel que soit le chemin pris, comme lorsque j’ai fondé Nous Citoyens.

Concernant les « affaires » comme on les appelle, d’abord je pense que nous devons respecter le principe cardinal en droit de la présomption d’innocence. Ensuite, je rappelle qu’il y a actuellement des interrogations sur le parcours de tous les candidats y compris celui de Emmanuel Macron. Je respecte au plus haut point notre système judiciaire et connaît son impartialité pour l’avoir vu fonctionner de l’intérieur en tant qu’ancien juge de la concurrence. Mais je sais aussi qu’une partie de la justice est politisée comme l’a prouvé le regrettable « mur des cons ». Je sais qu’elle peut se tromper comme l’a montré la mise en examen puis le blanchiment de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt. Je sais aussi que notre Président que je respecte compte tenu de sa fonction, est néanmoins aussi quelqu’un qui il y a 35 ans déjà co-inventait avec Jacques Attali l’invraisemblable manipulation Caton. Je reste donc prudent face au déluge de prétendues révélations. Enfin, je rappelle que l’élection Présidentielle n’est pas une enquête de canonisation, mais le moment de choisir le programme et l’homme, ou la femme, le plus capable de redresser la France avec un programme clair, fort et ambitieux et une personne solide et expérimentée pour mettre en œuvre ce programme.

Enfin, lorsqu’on m’interroge sur le fait de savoir si François Fillon tiendra ses promesses, lui qui fait de la politique depuis si longtemps, je réponds la chose suivante. D’abord, il a pris l’engagement de ne faire qu’un mandat ce qui prouve qu’il ne se préoccupera pas de sa ré-élection dès les premiers jours contrairement probablement à d’autres qui n’ont pas pris cet engagement. De plus, il a compris je pense qu’il a une occasion unique de rentrer dans l’histoire en mettant enfin un terme à 40 ans de facilité pour redonner à notre pays sa prospérité et sa fierté. Enfin, je pense que la société civile devra rester vigilante pendant toute la durée de son mandat pour lui rappeler ses engagements. C’est l’accord qu’il a d’ailleurs avec les équipes de la société civile qui l’accompagne sous la direction de Pierre Danon.

Sa résistance récente dans l’épreuve qu’il a traversée, prouve selon moi sa capacité à faire face aux obstacles les plus durs. Cette hostilité et cette agressivité qui viennent de se manifester sont d’ailleurs à la mesure de son programme, véritable menace pour nombres de rentes injustifiables, seule réelle menace d’ailleurs pours ces rentes dans cette élection. Notre pays va affronter des moments très difficiles dans les prochaines années, pour réformer et lutter contre ces rentes et les résistances au changement, pour juguler le populisme, le communautarisme et le terrorisme islamique, pour relancer l’Europe, pour faire face à des durs de durs comme Donald Trump, Vladimir Poutine, Theresa May, Xi Jinping. Il faut un leader solide, expérimenté, ayant une forte personnalité, du courage et une capacité à résister à la pression. Je pense que François Fillon est le seul candidat à la Présidentielle à avoir ces caractéristiques.

J’ai néanmoins pour la démarche de Emmanuel Macron à la fois respect et bienveillance. Ce qu’il fait est courageux et difficile. C’est un sacerdoce surtout pour quelqu’un qui a d’autres options. C’est un sujet que j’ai bien connu, je mesure les conséquences personnelles des choix qu’il a du faire. La France doit lui être reconnaissante de provoquer enfin la rupture au PS entre la ligne moderne sociale démocrate qu’il incarne et les tenants d’une ligne réactionnaire néo collectiviste. Il provoque actuellement une sorte de Bad Godesberg en direct au PS, du nom du congrès du SPD Allemand qui en 1959 a pris la décision de rompre avec le collectivisme. Il est en train d’ubériser le vieux PS enfermé dans sa luxueuse tour d’ivoire de la Rue de Solférino. Il le fait avec une remarquable efficacité. La France a besoin d’une gauche moderne, il est en train de la lui donner même si elle reste trop timide dans ses ambitions de réformes selon moi, elle incarne un espoir incontestable pour le pays. Emmanuel Macron me fait aussi penser à Tony Blair, ce jeune, sympathique et brillant leader venu du Nord du pays aussi, qui a su moderniser le parti travailliste et une fois au pouvoir a su ne pas remettre en question les réformes de Margaret Thatcher et les a plutôt consolidé. Mais il est passé après Margaret Thatcher et non pas avant…Nous avons besoin de Margaret Thatcher en France actuellement comme l’a dit à plusieurs reprises François Fillon, pas encore de Tony Blair.    

Je conclurai en disant que je décide de choisir le programme de François Fillon parce que je le trouve plus adapté à la gravité de la situation économique de notre pays. Il est urgent d’activer l’ensemble des leviers susceptibles de permettre au pays de retrouver le plein emploi, ce que prévoit le programme de François Fillon. Le plus important, de loin, est la baisse de la dépense publique pour permettre une baisse forte et durable des multiples prélèvements qui asphyxient notre économie. Ce programme de baisse de la dépense publique de François Fillon me semble indispensable mais aussi parfaitement réaliste dans les circonstances actuelles. Sur ce point pourtant central de la baisse de la dépense publique, Emmanuel Macron ne va pas assez loin et n’aura donc probablement pas d’impact notable sur l’emploi, ce qui ne permettra pas de faire reculer le désespoir et le populisme.

Je formule aussi le vœu que les français, malgré leurs très légitimes frustrations, ne se laissent pas attirer par la simplicité et la facilité des discours populistes de droite comme de gauche qui refusent de regarder la réalité du pays en face et proposent un remède pire encore que le mal. J’espère qu’ils seront nombreux à être clairvoyants et verront que le programme de François Fillon permettra de renouer rapidement avec la prospérité. J’espère qu’ils verront que son programme peut permettre de rompre aussi rapidement avec une détresse sociale de plus en plus généralisée, car la purge c’est maintenant avec 6 Millions de chômeurs et 9 Millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, alors que nous devrions être au plein emploi compte tenu de notre talent.

 

Denis Payre

 

Co-Fondateur des leaders mondiaux Business Objects et Kiala, désormais centres de compétences mondiaux de SAP et UPS.

Président Fondateur de Croissance Plus

Président Fondateur de Nous Citoyens

Ancien membre du Collège de l’Autorité de la Concurrence

Business Angel impliqué dans plusieurs start up

PDG de Nature and People First

 

 

1f1eb-1f1f7.png



20/04/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 247 autres membres